Un nouveau modèle d’agroforesterie, une forêt-jardin, un modèle durable et rentable ?

Une expérimentation d’agroforesterie “mini forêt-jardins” a été conduite dans la ferme du Bec Hellouin. Ce concept d’agroforesterie s’inspire du système naturel des forêts et notamment de leurs lisières pour associer arbres et culture. Elle se compose de plusieurs strates de végétaux comestibles qui, cultivés en plusieurs étages, permettent d’atteindre des niveaux de production très élevés par m² de surface cultivée.  

Pour le propriétaireCharles Hervé-Gruyer: “on produit beaucoup avec peu de travail. La mini forêt-jardin s’est révélée, contre toute attente, productive et rentable dès la première année”. 

Les maraichers de la ferme du Bec Hellouin appliquent depuis 4 ans ces principes d’agroforesterie sur leur exploitation en Normandie. Ils étudient ce modèle afin de déterminer la viabilité économique de ce modèle agroforestier qu’ils souhaitent généraliser. En effet, les modèles de mini forêt-jardins apportent une flexibilité formidable qui laisse la possibilité d’avoir une autre activité en parallèle. Car la charge moyenne de travail est de 96 heures par an. 

De plus, ce mode de culture demande moins d’interventions humaines requiert peu d’intrants. Ce mode de culture est aussi très rentable car elle permet la culture de champignons, petits fruits, plantes sauvages … qui se vendent bien. Cette activité reviendrait à récolter une production équivalente à 39,90 euros pour une heure passée dans la mini forêt-jardin. Cependant, les produits cultivés sont peu connus ou chers, posant quelques questions relatives à nos habitudes alimentaires et il faut des années avant que l’écosystème devienne commercialement productif. 

Charles Hervé-Gruyer appelle donc à effectuer un mouvement de transition d’une agriculture de plaine et de milieux ouverts vers une agriculture qui repose davantage sur les arbres. 

 

 

Source : https://www.goodplanet.info/2020/09/30/peut-on-vivre-dune-foret-jardin-le-nouveau-reve-de-charles-herve-gruyer/