Projets financés

L’Institut Olga Triballat finance la recherche et les actions de terrain

Chaque année, l’Institut Olga Triballat lance 2 appels à projets distincts, le premier est dédié à des projets de recherche et le second à des actions de terrain.
En 2017, 10 lauréats ont été retenus et bénéficieront donc d’une subvention pour leur permettre de concrétiser leur projet :

 

> Quatre projets de recherche soutenus :

  • Le projet CADCAO piloté par le Laboratoire OMP-GET « Géosciences Environnement Toulouse ».

Etude du transfert et de la bioaccumulation du cadmium dans le cacao (Equateur) par traçages isotopiques et biogéochimiques. Optimisation des modes de fabrication du chocolat pour réduire les risques sanitaires.

Objectif : L’objectif général du projet CADCAO est de mieux comprendre quelles sont les sources de cadmium et quels sont les processus de transfert et de bioaccumulation de ce métal dans les fèves de cacao, afin de limiter les risques sanitaires associés à la consommation régulière de chocolat.
Durée : 1 an

 

 

  • Le projet MINDFUL-kids piloté par le Centre Culinaire Basque.

Améliorer les comportements alimentaires des enfants par l’alimentation en pleine conscience.

Objectif : L’objectif du projet est d’évaluer l’effet de l’alimentation en pleine conscience chez les enfants, sur leurs choix alimentaires, leurs sensations de faim et de satiété, les quantités d’aliments consommées, l’appréciation des aliments et les émotions. Notre hypothèse est que l’alimentation en pleine conscience va favoriser chez l’enfant des choix alimentaires plus sains et va permettre une meilleure adéquation des quantités consommées avec les sensations de faim et de satiété.
Durée : 15 mois

  • Le projet JArDinS piloté par l’UMR Moisa (Marchés, organisaitons, institutions et stratégies d’acteurs) à Montpellier.

Jardins collectifs urbains et pratiques Alimentaires Durables et Saines: Rôle des jardins collectifs urbains dans la promotion de pratiques alimentaires plus saines et plus durables.

Objectif : Face aux enjeux actuels de santé et environnementaux, le projet de recherche participative JARDINS porté par l’INRA (2018-2019) vise à étudier si l’accès à un jardin collectif en milieu urbain pourrait représenter un levier d’amélioration de la durabilité des pratiques alimentaires. Une enquête sera conduite auprès d’habitants de Montpellier accédant à un jardin partagé afin d’évaluer la qualité nutritionnelle et l’impact environnemental de leurs approvisionnements alimentaires, en comparaison à ceux d’habitants n’ayant pas accès à un jardin collectif.
Durée : 2 ans

 

  • Le projet PERMABIOSOL piloté par le Laboratoire d’Ecologie & Biologie des Interactions, à l’ Université de Poitiers.

Santé environnementale pour une santé humaine : suivi fonctionnel de la Biodiversité du Sol en Permaculture et impact sur la qualité nutritionnelle de la tomate et de la laitue.

Objectifs : Les objectifs de ce projet sont 1) le suivi de la biodiversité de la macrofaune et de la microfaune du sol sur des productions maraîchères phares (tomate, laitue) en permaculture, et 2) l’étude de l’impact des pratiques sur les services écosystémiques de fertilisation et de biocontrôle, et sur les performances végétales en lien avec cette biodiversité, dont leur qualité nutritionnelle et gustative.
Durée : 3 ans

 

> Six actions de terrain financées :

 

  • Le projet SELFIDEAL piloté par l’association CENA (Club Experts Nutrition et Alimentation) à Angoulême.

La Question du choix en restauration scolaire.

Objectif : Ce projet souhaite répondre à la problématique suivante : quel est le nombre de choix idéal pour limiter le gaspillage et pour encourager les convives à la découverte de nouveaux aliments, tout en maintenant la satisfaction ?
Durée : 1 an

 

  •  Le projet piloté par le CPIE (Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement) de Belle-Ile-en-Mer.

Pour une transition de l’agriculture vers la durabilité à Belle-Ile-en-Mer.

Objectifs : Accompagner la transition de l’agriculture belliloise vers des modes durables. Développer des systèmes d’élevage respectueux de l’environnement, sur des systèmes extensifs adaptés au terroir et aux conditions insulaires. Augmenter l’autonomie des systèmes d’exploitation des élevages bellilois afin de les rendre moins dépendants des importations en intrants depuis le continent. Développer la dynamique collective entre éleveurs bellilois, dans le but d’assurer une auto-gestion et un auto-développement de leurs filières à l’avenir, renforcer la solidarité et le travail en commun entre professionnels. Renforcer, grâce à la pédagogie le lien entre éleveurs, collectivités locales et consommateurs, et leur sensibilité à l’environnement et à la qualité alimentaire, afin de les rendre ensemble acteurs de la transition agricole.
Durée :   18 mois

 

  • Le projet « Bien dans mon assiette, bon pour la planète » piloté par l’association Epicurium.

Objectif : Ce projet a pour objectif la création d’une mallette pédagogique sur l’alimentation durable afin d’accompagner les jeunes dans une démarche de réflexion et d’actions concrètes portant sur les liens entre alimentation, environnement et santé.
Durée :   16 mois

 

  • Le projet de publication d’un livre piloté par Génération Cobayes.

Publication d’un livre de recettes et de vulgarisation  sur le thème de l’alimentation et du bien-être accompagnée d’ateliers de mise en pratique dans toute la France.

Objectifs : sensibiliser les 16-35 ans aux liens entre santé et environnement à travers leur alimentation quotidienne, leur donner des solutions concrètes et ludiques pour limiter leur exposition à ces pollutions et retrouver le plaisir d’une alimentation saine.
Durée :   2 mois

 

  • Le projet « Défi Familles à Alimentation Positive » piloté par le GRAINE Centre-Val de Loire.

Objectifs : Accompagner 150 familles à « manger autrement » : de saison, biologique, local, en circuits courts, équilibré, en produisant moins de déchets et en se faisant plaisir à prix constant. Accompagner les familles vers +30% de produits biologiques et +20% de produits locaux dans leurs achats, sans alourdir le budget qu’elles allouent habituellement à l’alimentation.
Durée : 10 mois

 

  • Le projet « Santé et environnement : Développement de l’alimentation Bio en Bretagne » piloté par Initiative Bio Bretagne.

Objectif : L’objectif global du projet est le développement de l’alimentation Bio en Bretagne. Les objectifs opérationnels, correspondant aux deux grandes actions du projet, sont de développer l’alimentation Bio dans les services de restauration collective (écoles primaires et secondaires) et d’informer les bretons pour une meilleure appropriation des enjeux santé environnement.
Durée : 16 mois