Restaurer les terres et sols agricoles en passant par un modèle d’agriculture durable

L’agriculture a souvent été présentée comme une pratique menaçant la biodiversité, mais la conservation des sols et paysages riches en biodiversité par l’agriculture peut permettre sa protection, tout en aidant à la fois la nature et la société. 

C’est vrai, l’agriculture actuelle peut poser des problèmes. En effet, le secteur agricole augmente sa productivité pour assurer la sécurité alimentaire, mais le coût est élevé pour la nature. La surutilisation des intrants peut nuire à la viabilité à long terme de l’agriculture en endommageant les sols et réduisant la biodiversité. Les agriculteurs et les défenseurs de l’environnement devraient travailler ensemble pour conserver la biodiversité des sols, en mettant en place des méthodes agricoles pour améliorer la santé et la productivité des terres agricoles. 

Il est possible de faire évoluer l’agriculture vers une agriculture durable en donnant la priorité à la biodiversité, des sols et des paysages, en adoptant des approches agroécologiques pour la gestion des paysages agricoles, en établissant des cibles et des indicateurs à des niveaux nationaux et mondiaux pour une agriculture durable. Ou encore en récompensant les agriculteurs pour les services écosystémiques fournis par l’agriculture durable, et en construisant un consensus sur la gérance de l’environnement, en améliorant le dialogue entre les secteurs agricoles. 

De plus, faire évoluer l’agriculture vers une agriculture durable et de conservation permettrait de réduire la vulnérabilité des agriculteurs face aux impacts du changement climatique, devrait ainsi réduire la superficie de forêts convertis en terres agricoles et permettrait de réduire les contacts entre les humains et la faune, et ainsi, permettrait d’éviter la propagation d’agents pathogènes entre espèces, réduisant les risques d’épidémies zoonotiques. 

Source : https://knowledge.unccd.int/publications/hot-press-common-ground-restoring-land-health-sustainable-agriculture