Plan européen sur les Protéines Végétales

Actuellement, l’union européenne importe plus de 90 % de ses besoins en protéines végétales, majoritairement sous forme de soja génétiquement modifié, car l’union européenne n’est pas auto-suffisante en soja. Ce soja importé est destiné à l’alimentation du bétail. Un paradoxe, puisque la culture d’OGM en Europe est interdite. De plus, cette situation augmente l’empreinte carbone, entraine des dommages irrémédiables sur la biodiversité dans les régions de culture intensive et impacte la sécurité alimentaire européenne.

Le plan européen sur les protéines végétales a pour objectif de valoriser les légumineuses à graines non OGM et les surfaces fourragères et en herbe. Leur richesse en protéines et leur propriété fixatrice de l’azote atmosphérique permettent de diminuer l’utilisation des produits phytosanitaires et de promouvoir l’utilisation des protéines végétales.

Par de multiples mesures dont la rotation et les associations de cultures, ce plan a pour objectif d’orienter la nouvelle PAC post-2020 devant le parlement européen.

Source : http://www.consilium.europa.eu/fr/meetings/agrifish/2018/02/19/ (consulté le 24/05/2018)