Newsletter n°10 – Des plus jeunes aux moins jeunes : l’Institut Olga Triballat soutient la formation du personnel encadrant sur la thématique de l’alimentation

Annotation 2020-07-09 111617

 

Newsletter en format PDF disponible ici : Newsletter-formation-personnel-alimentation-septembre2020-IOT

Chaque année, l’Institut Olga Triballat lance deux appels à projet dont un appel à projets destiné aux actions de terrain.

Pourquoi et pour qui ?

Faire évoluer les pratiques vers une alimentation équilibrée et responsable, de façon réaliste et concrète est la mission de cet appel à projets de terrain. L’appel s’adresse alors à des associations d’étudiants, de professionnels ou au grand public, qui souhaitent participer à la construction d’une alimentation propice à une santé durable pour l’Homme et sa planète.

En 2018, l’Institut a choisi de soutenir deux projets candidats qui ont comme point commun la proposition de formations, en lien avec la thématique alimentaire, pour des professionnels encadrants qui s’occupent des enfants ou des personnes âgées.

« Pour une alimentation durable dans le monde de la Petite Enfance » : un projet engagé qui implique les professionnels de la Petite Enfance

Label Vie est une association qui accompagne, labellise et fédère des lieux de vie dans leur démarche durable, dont les crèches avec le label Ecolo crèche développé pour le secteur de la Petite Enfance. L’association accompagne les crèches, les conseille et les forme sur différentes thématiques du développement durable et notamment sur l’alimentation durable.

Promouvoir le changement de pratiques en alimentation dans les lieux d’accueil de la Petite Enfance en faveur d’une alimentation plus saine et équilibrée des jeunes enfants, à travers la sensibilisation et la formation des professionnels pour la mise en place de nouveaux comportements alimentaires

Aujourd’hui, chacun a conscience de l’enjeu de l’alimentation aussi bien sur la santé des Hommes que sur l’environnement. Cependant, il y a encore « beaucoup de freins dans la Petite Enfance pour mettre en place une alimentation durable » nous explique Claire Grolleau, la présidente de l’association Label Vie. C’est pourquoi la démarche de l’association a un rôle clé dans la promotion d’une alimentation plus saine et durable. Dans le cadre du projet, l’association a sélectionné des crèches volontaires engagées dans la démarche, le volontariat étant « la première étape de la démarche de changement » ajoute Mme Grolleau. Le projet qui a débuté en septembre 2018 s’est décliné en 3 grandes actions.

Action 1: Des temps d’échanges ont d’abord été organisés avec des professionnels de terrain pour identifier les freins et besoins d’acquisitions de nouvelles compétences. « Alimentation durable en crèche », « du jardin à l’assiette », « HACCP écoresponsable » sont les trois formations qui ont été créées par la suite à destination des crèches.

Action 2: Des temps de sensibilisation de l’écosystème de la Petite Enfance par le biais d’intervention ont été menés en passant par des partenaires locaux (la CAF, la PMI, les associations locales, les crèches déjà engagées…). Les formations ont été conduites dans les crèches participantes au projet, par des professionnels qualifiés, salariés de l’association. Elles s’adressaient au directeur de l’établissement et au personnel en charge de la préparation des repas car la formation illustre « des changements stratégiques importants et c’est important que la direction soit au courant et que les personnes sur le terrain bénéficient de cette formation. La formation doit donner des notions conceptuelles comme l’impact de l’alimentation sur la santé mais elle doit aussi informer sur comment passer à une alimentation durable au niveau du budget » affirme Claire Grolleau.

Action 3: Par suite des deux premières actions, l’objectif était de communiquer sur ce sujet et inciter les professionnels et les parents à continuer dans cette voie d’alimentation durable, par l’envoi de mail et par l’invitation à des formations alimentaires. Un colloque a été organisé au Ministère de la Santé à Paris en présence d’experts de l’INRA, de Solagro, du monde associatif, de diététiciens, et d’agents gouvernementaux. Un total de 150 se sont réunis avec notamment le personnel des crèches engagées, des assistances maternelles ainsi que les familles.

Pour aller plus loin…

L’association a créé une formation à distance à destination des assistantes maternelles qui sera disponible sur une plateforme en ligne prochainement. Par ailleurs, Label Vie vise à digitaliser le projet, pour toucher les professionnels mais aussi les parents, les outils digitaux étant « des leviers certains pour permettre de toucher plus de monde ».

« Accompagner les séniors à manger mieux pour vieillir mieux » : un projet orienté vers la santé des personnes âgées

L’ADMR est un réseau associatif national de services à la personne comprenant les services et les soins aux séniors par le biais notamment du personnel aide-soignant et aide à domicile.

Former des aides-soignantes et des aides à domicile sur l’équilibre alimentaire, les apports nutritionnels spécifiques aux personnes âgées et la dénutrition ; assurer un suivi des diagnostics réalisés

Actions:

Formation délivrée par le collectif ReSanté-Vous à environ 20 salariés venant de plusieurs établissements qui s’occupe au quotidien de la préparation des repas pour les personnes âgées.

La formation s’est inscrite dans un projet global visant à « mettre en place des actions de prévention auprès des personnes âgées », nous explique Mme Souquet, assistante de direction à l’ADMR. Ce projet global comprend plusieurs formations à destination du personnel encadrant et en 2018 le thème de la dénutrition a été ajouté pour compléter l’offre, ce qui donne « un élan au travail quotidien du personnel » commente Mme Desaint Denis, responsable de l’association REGAL’ADMR.

Newsletter 10 frise

Cette formation a donné les connaissances nécessaires au personnel encadrant pour mieux appréhender l’alimentation des patients. À la suite de la formation, un questionnaire a été rempli par les patients permettant d’évaluer leur alimentation et cibler les risques et les orientations à prendre. Des diététiciens professionnels et animateurs culinaires sont intervenus auprès des encadrants pour leur donner davantage de clés et d’outils pour adapter l’alimentation de leurs patients en fonction des réponses aux questionnaires, et de mettre en place un suivi alimentaire de ces patients.

« Les personnes âgées ont une relation différente avec les aides à domicile. Les aides à domiciles aident à faire passer le message aux personnes âgées, le message passe mieux que le message d’un médecin », affirme Mme Souquet. Former le personnel encadrant est alors un bon vecteur pour s’assurer d’apporter les soins adaptés aux séniors.