Les premiers résultats du projet « Spirufix » soutenu par l’IOT : une spiruline unique !

La spiruline est une cyanobactérie ayant un profil nutritionnel de qualité, ce qui explique pourquoi elle est cultivée et consommée, notamment par le biais des compléments alimentaires. Elle présente une teneur élevée en protéines, en vitamines et en oligoéléments. Toutefois, la production de spiruline a un coût élevé associé à un apport important en azote, nécessaire à son développement. En outre, l’utilisation d’azote minéral dans les cultures empêche l’obtention du label ‘bio’, l’azote minéral ne rentrant pas dans le cahier des charges de l’agriculture biologique. En 2018, l’Institut Olga Triballat a soutenu le projet « Spirufix » qui se base sur la découverte récente d’une souche de spiruline qui a la capacité de fixer l’azote atmosphérique, une source inépuisable et gratuite d’azote. Une propriété unique qui confère à cette nouvelle souche un potentiel de valorisation à la fois économique et environnemental. Le projet, toujours en cours, se décline en plusieurs étapes et objectifs. Les résultats obtenus aujourd’hui ont permis réaliser une caractérisation génétique de cette souche et d’identifier le gène qui permet à la souche de fixer l’azote atmosphérique. Par la suite, les chercheurs ont pu déterminer le type de milieu de culture et les conditions de culture les plus favorables au développement de cette souche : un milieu salin supplémenté en nutriments, métaux et vitamines, à pH 6 et à une température de 30°c, sans brassage. Des observations microscopiques ont permis de caractériser le phénotype de la souche. Les prochains résultats permettront d’évaluer le potentiel nutritionnel de la souche, de tester ses éventuelles propriétés antioxydantes et antimicrobiennes, et enfin de s’assurer de l’absence de toxicité dans le but d’envisager son exploitation dans le domaine agro-alimentaire.

Source : rapport du porteur de projet