Les légumineuses : nouveau levier pour les enjeux climatiques, alimentaires et d’autonomie protéique ?

Suite à la crise du Covid, l’alimentation durable a été mise en avant plus que jamais avec un besoin de systèmes agricoles autonomes en protéines et en azote. Les politiques et stratégies de développement des protéines se développent dans de nombreux pays, notamment avec le Plan Protéines lancé en France, qui prévoit 100 millions d’euros pour la filière des protéines végétales.

Les légumineuses, qui font partie de cette filière végétale, sont très en vogue car elles favorisent une alimentation saine mais aussi durable. Elles sont très variées et en quantité importante : lentilles, haricots secs, pois secs… Elles possèdent de nombreux bienfaits pour l’Homme mais aussi pour les animaux ainsi que l’environnement puisqu’elles consomment peu d’intrants. De plus, elles représentent un gain de rendement pour les céréales car elles enrichissent le sol et lui procure une fertilité améliorée.

Elles ont une capacité de fixer l’azote de l’air en s’associant à une bactérie, ce qui est extrêmement bénéfique pour les agriculteurs, puisqu’ils n’ont pas besoin d’ajouter d’engrais azotés. Les légumineuses contribuent à un modèle agricole durable et responsable puisqu’elles émettent peu de gaz à effet de serre. Elles sont également incontournables d’un point de vue nutritionnel pour leur richesse en protéines et en acides aminés indispensables mais aussi leurs micronutriments.

Les légumineuses participent à la sécurité et l’équilibre alimentaire, la biodiversité, la réduction d’intrants et donc l’agriculture durable.

 

Source : https://www.cirad.fr/espace-presse/communiques-de-presse/2021/3eme-edition-des-rencontres-francophones-sur-les-legumineuses-rfl3