Les innovations pour limiter le gaspillage alimentaire

Le gaspillage alimentaire représente un tiers de la production alimentaire, certaines entreprises innovantes ont donc décidé de revaloriser et utiliser toute cette nourriture à des fins différentes que l’alimentation.

Une entrepreneuse espagnole, Júlia Roca, a créé une gamme de cosmétiques proposant des nettoyants pour visage mais aussi des crèmes hydratantes, produits grâce à des fruits abîmés ou de la nourriture non désirée. Sa marque Lleig, qui veut dire « moche » en catalan, utilise des emballages réutilisables en céramique.

Une start-up canadienne, Alt Tex, produit une alternative au polyester : le PLA (acide polylactique) grâce à l’amidon et aux sucres des déchets alimentaires. Le PLA est intéressant puisqu’il est biodégradable. De plus, l’entreprise travaille avec l’industrie des aliments et boissons pour récupérer directement leurs déchets.

Dans la même idée, Genecis, une autre compagnie canadienne, utilise une bactérie pour transformer des déchets alimentaires en un polymère : le PHA (polyhydroxyalcanoate). Il est biodégradable et peut être utilisé à la place du plastique d’emballage.

Pour les agricultrices au Kenya et en Ouganda, le gaspillage alimentaire se produit à chaque étape de la chaîne d’approvisionnement. C’est pourquoi, la start-up Agricycle en Afrique de l’Est a développé un déshydrateur solaire qui permet aux producteurs de transformer des produits périssables en fruits secs, plus durables.

 

Source : https://www.weforum.org/agenda/2021/03/food-waste-cosmetics-clothing-packaging/