Le marché du bio stagne, décryptage

L’agriculture biologique a une connotation positive chez les consommateurs : respect de l’animal et de l’environnement, rémunération plus juste des agriculteurs et une valeur nutritionnelle potentiellement meilleure. Cependant, certains signaux récents pointent vers un déclin du marché qui n’était pas observé récemment. Les chiffres de 2021 montrent que parmi les 60 000 exploitations qui sont certifiées bio en France, un peu plus de 2000 ont été arrêtées. Cependant, la conversion d’acteurs vers ces méthodes biologiques est importante avec 7500 nouveaux entrants. En décomposant ces abandons du bio selon les secteurs, on retrouve une perte plus importante chez le porc, l’apiculture ou les œufs.

Les raisons associées à ces arrêts de production du bio sont multiples et variées. Selon une étude d’Interbio Occitanie, cela serait causé à 27% par le départ en retraite, ainsi qu’à 16% par la conversion au conventionnel. La majorité des départs ne sont pas mis sur le compte d’une raison concrète, ce qui montre la complexité de la situation. Des raisons techniques et économiques sont mises en cause, du fait d’un manque de moyens pour mettre à bien leurs productions.

Les raisons économiques sont applicables aussi bien au producteur qu’au consommateur. Les ventes ont ainsi baissé de près de 20% pour la farine en 2021 par rapport à l’année précédente, 12% pour le beurre et plus de 5% pour le lait et les œufs. Les parts de marché globales stagnent aussi. Ceci joue donc sur la rémunération des exploitants qui peuvent avoir du mal à joindre les deux bouts. Du point de vue du client, les produits certifiés « bio » sont plus chers que leurs contreparties conventionnelles de 50 %. Des impulsions provenant des grands groupes font donc appel à une baisse des stocks bio et à leur écoulement du fait d’une surproduction comme chez Lactalis. Un tiers de la production de lait bio a donc été déclassé au prix du conventionnel. Ce revirement de situation sera-t-il durable dans le temps ou le biologique reprendra-t-il des couleurs au cours des prochaines années ?

Sources : https://www.ouest-france.fr/economie/agriculture/agriculture-biologique/pourquoi-certains-exploitants-quittent-l-agriculture-bio-afc1987c-7e99-11ec-8e54-503fe5ea52b0

https://www.ouest-france.fr/economie/agriculture/agriculture-biologique/la-consommation-des-produits-bios-recule-tout-le-monde-est-decu-6996f2e8-8295-11ec-9ba3-2e77758d00f9