Le Directeur général de la FAO appelle à opérer un changement transformationnel dans notre manière de gérer les forêts et les systèmes alimentaires qui en dépendent

Selon ce qu’a énoncé M.Qu Donguy, le directeur général de la FAO durant la vingt-cinquième session du Comité des Forêts, il serait nécessaire d’opérer un changement dans notre manière de gérer les forêts et leur biodiversité, de produire et de consommer des aliments, si nous voulons  «reconstruire en mieux» après la pandémie du COVID-19 et réaliser les Objectifs de développement durable (ODD). Dans son allocution d’ouverture, le Directeur général de la FAO a souligné que la pandémie avait montré que les forêts pouvaient servir de filet de sécurité. La secrétaire générale adjointe de l’Organisation des Nations-Unies et directrice exécutive du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), Mme Inger Andersen, précise qu’un rétablissement respectueux de l’environnement après la pandémie passerait par la promotion de forêts saines et restaurées, à l’issue de la transition préconisée par la Convention sur la diversité biologique. La priorité étant de préserver les écosystèmes intacts, de restaurer les écosystèmes dégradés. Toutefois, pour que cette transition s’opère, nous devons transformer nos systèmes alimentaires, qui sont la principale cause de la déforestation et de l’appauvrissement de la biodiversité. Le Commissaire européen, quant à lui, a déclaré : « Les forêts et les arbres contribuent aux quatre piliers de la sécurité alimentaire que sont la disponibilité, l’accès, l’utilisation et la stabilité »

M. Qu a également déclaré qu’en grande partie à cause de l’expansion agricole, la déforestation continue à un rythme alarmant. Pour éviter l’aggravation, il faudrait trouver des moyens d’accroitre la production agricole et d’améliorer la sécurité alimentaire sans réduire la superficie forestière. « L’arrêt de la déforestation et le renforcement du reboisement doivent être un élément fondamental de la transformation durable des systèmes alimentaires », a souligné le Directeur général de la FAO. Pour exploiter pleinement le potentiel des forêts et de la diversité alimentaire, des mesures devront être prises et les investissements dans des modèles de forêts durables devront être encouragés. Ces actions seront cruciales dans la réalisation des objectifs mondiaux en termes de sécurité alimentaire, d’adaptation au changement climatique et de conservation de la biodiversité.

Ainsi, si nous ne parvenons pas à concrétiser les objectifs de développement durable, en particulier à gérer les forêts de manière durable, à endiguer l’appauvrissement de la biodiversité et à inverser la tendance dans ce domaine, l’insécurité alimentaire persistera et le Programme de développement durable à l’horizon 2030 ne sera pas réalisé.

 

Source : http://www.fao.org/news/story/fr/item/1311709/icode/