La découverte d’une herbe marine capable de fixer l’azote ouvre le champ des possibles en agronomie

Comment une herbe marine peut-elle fixer l’azote dans l’eau ? La posidonie de Méditerranée en est effectivement capable. Ceci s’explique par une symbiose entre la plante et une bactérie vivant dans ses racines ce qui inédit dans le domaine de la biologie marine. La relation qu’apporte la bactérie Celerinatantimonas neptuna dans cette coopération avec la posidonie ressemble fortement aux phénomènes présents sur la terre ferme, notamment chez les légumineuses. Le micro-organisme fournit ainsi l’ammonium nécessaire à la plante et celle-ci produit en retour les glucides et énergie essentiels au développement de la bactérie. Selon Wiebke Mohr, chercheuse en microbiologie marine à l’Institut Max Planck, cette découverte est « surprenante mais est très logique. ». Elle explique cela par le fait que « les herbes marines étaient originellement des plantes terrestres qui ont réémergé dans l’océan. ».  Ce phénomène était donc déjà connu mais en remettant la date d’apparition dans son contexte, des ouvertures sont possibles : les légumineuses sont apparues il y a 60 millions d’années alors que les herbes marine remontent à plus de 100 millions d’années. En perspective, la possibilité de coloniser des endroits avec des fortes contraintes comme une teneur faible en azote serait possible, et pourrait aboutir à une finalité agronome pour nourrir la planète.

Source : https://hakaimagazine.com/news/scientists-found-a-nitrogen-fixing-seagrass/