En mars, un conseil a discuté de la mise en place de nouvelles mesures concernant l’étiquetage et les allégations de produits alimentaires.

La commission Européenne va mettre en place une nouvelle initiative appelée « Allégations Vertes ». Le constat qui a amené au développement de cette action est que 42 % des allégations étudiées par les autorités nationales des consommateurs et la Commission sont fallacieuses ou exagérées.

Peu d’informations ont été divulguées à ce jour, mais certains outils seront très probablement mis à l’honneur. Le PEF ou l’empreinte environnementale des produits s’attache à étudier leur analyse du cycle de vie. Parmi les critères qui impacte ce cycle le changement climatique, l’utilisation en eau et la perte de ressources ont été pris en compte.

La France possède un pouvoir fort dans le domaine. En effet, en 2021, le gouvernement a instauré des lignes directives dans les domaines du textile et de l’alimentation au sein de la loi contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets. Le Planet Score a aussi émergé sous l’influx de l’ITAB (Institut Technique de l’Agriculture Biologique).

Ce que l’on peut attendre de cette réunion est la mise en place d’un cadre de travail pour les allégations basés sur le PEF. Un autre cadre de travail sur les systèmes d’alimentation durables sera développé en 2023. Ceci permettra une harmonisation souhaitable dans le domaine législatif des allégations en alimentation.

Source : https://www.fooddrinkeurope.eu/europe-targets-greenwashing-and-eco-labelling-for-food/