Tout savoir sur la santé durable

Infographie : le 4 pour 1000, la séquestration du carbone dans les sols pour la sécurité alimentaire et le climat

4 pour 1000

 

La quantité de carbone contenue dans l’atmosphère augmente chaque année de 4,3 milliards de tonnes. Cette augmentation est due aux activités humaines et à la déforestation. Les sols du monde contiennent, sous forme de matières organiques, 1 500 milliards de tonnes de carbone. En effet, les végétaux absorbent du CO₂ qui est par la suite stocké sous forme de carbone organique dans les sols. Si on augmente de 4‰ (0,4%) par an la quantité de carbone contenue dans les sols, on stoppe l’augmentation annuelle de CO₂ dans l’atmosphère, en grande partie responsable de l’effet de serre et du changement climatique. Pour cela, il faudrait davantage de végétaux (sols cultivés, prairies, forêts…) pour permettre une augmentation de l’absorption de CO₂ dans les sols.

 

Source : https://agriculture.gouv.fr/infographie-le-4-pour-1000

« L’appli des consos », une application pour aider à acheter plus durable

Le premier confinement avait fortement influencé les habitudes alimentaires des Français, qui avaient adopté des comportements plus conscients des règles diététiques, en mangeant beaucoup plus de repas faits maison, d’aliments bio et respectueux pour l’environnement. Pour répondre à cette demande, le créateur de « C’est qui le patron » a  lancé l’application « L’appli des consos », pour aider les Français à acheter des aliments bons pour la santé, mais aussi durables et respectueux de la planète.

L’industrie commence également à prendre conscience qu’il faut développer des techniques moins polluantes et consommatrices d’énergie, mais toutes les marques ne font pas les mêmes efforts, et tous les aliments n’ont pas le même niveau de respect environnemental. « L’appli des consos » propose un outil pour connaître instantanément l’empreinte environnementale des aliments. En plus de prendre en compte des données telles que le respect de l’environnement, « L’appli des consos » tient compte du prix des produits, du bien-être animal, et permet de savoir si les entreprises sont transparentes sur leurs produits, leur engagement social. L’application peut calculer la distance de transport des aliments ce qui permet de faire une estimation de leur empreinte carbone.

L’appli des consos souhaite proposer un « audit » des industriels de l’agro-alimentaire, qui paient pour être référencés. Aujourd’hui, 100 000 produits alimentaires et 4 000 entreprises sont répertoriées. Nicolas Chabanne, cofondateur de l’application, explique que les données proviennent d’une base de données confectionnée manuellement depuis 8 ans, ce qui la rend très fiable : « On a un très bon niveau de fiabilité, on n’est pas dans du déclaratif. Les recettes sont décortiquées, le plastique pesé, les produits cachés révélés ». Pour les produits qui ne sont pas encore référencés, des notes peuvent être calculées à partir de données d’Open Food Facts.

 

Sources : http://www.francesoir.fr/societe-environnement/alimentation-durable-lappli-des-consos-veut-concurrencer-yuka-en-comblant-le

https://www.rtl.fr/actu/economie-consommation/c-est-qui-le-patron-lance-son-application-l-appli-des-consos-concurrente-de-yuka-7800925034

https://www.lapplidesconsos.com/

3 et 4 juin 2021

Le Centre Prévention Santé Longévité de l’Institut Pasteur de Lille organise la 22ème édition des Entretiens de Nutrition les 3 et 4 juin en visioconférence

Pour connaître le programme et vous inscrire, cliquez ici

L’EU Ecolabel, un label qui ne passera pas inaperçu

Consommer durable est de plus en plus considéré et adopté par les consommateurs. L’Union Européenne a donc mis en place un label permettant de choisir un produit durable. L’Ecolabel européen est un label écologique officiel de l’Union Européenne qui permet aux consommateurs de reconnaître des produits de qualité et qui sont respectueux de l’environnement. Il y a aujourd’hui plus de 75 000 produits et services qui bénéficient de ce label écologique. Les produits EU Ecolabel sont facilement reconnaissables au moyen de ce logo :

1200px-Logo_Ecolabel.svg

De plus en plus de labels écologiques sont mis en place, mais l’EU Ecolabel se différencie en prenant en compte le cycle de vie complet d’un produit : depuis la sélection des matières premières, en passant par la production, jusqu’au moment où il devient un déchet.

Les produits ayant ce label seraient donc plus écologiques, fiables et meilleurs pour notre santé. Avoir ce label demande de répondre à de nombreux critères : comme l’interdiction de composant à effet de perturbation endocrinienne. Les critères environnementaux sont définis de telle manière que seuls 10 à 20 % des produits sur le marché peuvent obtenir l’EU Ecolabel. Par conséquent, seuls les produits les plus respectueux de l’environnement peuvent porter ce label. Afin de garantir la qualité du label et de suivre les dernières innovations, les critères sont régulièrement revus.

Les critères sont le résultat d’études scientifiques et d’une vaste concertation avec des ONG environnementales, des associations de consommateurs, des unions professionnelles, des PME et des intermédiaires. Les critères doivent être approuvés à la fois par les États membres de l’Union Européenne et par la Commission Européenne. Une fois cette approbation donnée, l’EU Ecolabel peut être attribué aux produits concernés.

 

Source : https://fr.metrotime.be/2020/11/24/native/fod-leefmilieu/001-fod-leefmilieu/leu-ecolabel-il-ne-passera-pas-inapercu/

Mardi 13 avril 2021

Webinaire organisé par l’ANIA, IAR, le Pôle de la Bioéconomie et Protéines France : « Alimentation de demain, focus sur les protéines végétales et nouvelles ressources »

Mardi 13 avril de 14h à 15h30, inscription gratuite ici

Jeudi 8 avril 2021

Le Conseil National pour la Résilience Alimentaire (CNRA) présente la matinée « Première journée parlementaire sur la résilience alimentaire » en visio de 9h30 à 12h30

Pour en savoir plus, cliquez ici

COVID-19 et alimentation : une augmentation de la popularité des protéines végétales

L’engouement pour les protéines végétales et alternatives est une tendance qui semble être accélérée par la COVID-19. Cette tendance continue de bondir chez les consommateurs et au sein de l’industrie alimentaire à travers le monde.  Selon la responsable de la recherche et de l’engagement chez Farm Animal Investment Risk and Return (FAIRR), Sonia Alexandrenne : « C’est un marché qui croît en moyenne 14 fois plus vite que la consommation alimentaire de façon générale ».

En effet, alors que les protéines végétales représentent aujourd’hui 1 % de l’industrie de la viande, FAIRR prédit qu’elles en représenteront 40 % en 2040. Ainsi, il y a un changement et une grande prise de conscience auprès des producteurs pour une diversification vers des protéines alternatives.

Les consommateurs jouent aussi pour beaucoup dans le changement qu’on note au sein de l’industrie depuis quelques années, en se tournant encore plus rapidement que prévu vers les protéines alternatives et végétales. Trois enjeux pris en compte par les consommateurs expliquent la hausse de popularité des protéines alternatives : le bien-être des animaux, l’environnement et la santé.

L’inquiétude du public quant au lien entre la production de viande et la crise de la COVID-19 ou de la peste porcine africaine contribue à l’accélération de la demande à l’heure actuelle.

Cependant, Sonia Alexandrenne assure que « malgré l’engouement pour les produits alternatifs, il ne faut pas s’attendre à voir la viande disparaître des tablettes ». Mais pour cela, il y a certains aspects de l’élevage intensif qui doivent changer, le rendre plus compatible avec une transition climatique et avec des pratiques plus positives sur l’environnement.

 

Source : https://www.tvanouvelles.ca/2020/11/11/alimentation-la-covid-19-augmente-la-popularite-des-proteines-vegetales

Jeudi 1er avril 2021

JIPAD : Journée des Innovations pour une Alimentation Durable

Rendez-vous 100% virtuel organisé par les élèves du Master Spécialisé IPAD de SupAgro à Montpellier

Inscription gratuite ici

Mardi 30 mars 2021

Web conférence du FFAS – Alimentation et environnement

Comment favoriser l’évolution des comportements vers une alimentation plus durable ?

Mardi 30 mars 2021 de 9h30 à 11h30, inscription gratuite ici 

Mardi 23 mars 2021

Dans le cadre de la Semaine pour les alternatives aux pesticides :  web conférence « Alimentation bio, pesticides et cancer »

Mardi 23 mars 2021 de 13h à 14h30, inscription ici