5 actions climatiques contre la faim dans le monde recommandées par la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture)

Entre 2017 et 2030, un milliard de personnes supplémentaires peuplera la Terre, faisant porter le nombre d’habitants à 8,6 milliards selon les estimations des Nations Unies. Face à une telle augmentation, en prenant compte des manques existant déjà, et de l’impact du changement climatique, comment nourrir toutes ces personnes ? Pour y répondre, la FAO a publié un guide de 5 actions climatiques pour atteindre un monde « #FaimZéro ».

Pour commencer, un premier point se concentre sur la diversification des régimes alimentaires : la FAO propose de manger un repas végétarien par semaine, comprenant des légumineuses. En effet, ces dernières sont moins gourmandes en ressources naturelles, notamment en eau. Ensuite, après avoir adapté ce que nous mettons dans notre assiette, il faut aussi ajuster ce qu’il reste après avoir terminé son repas. En effet, à cause du gaspillage alimentaire, c’est 1/3 de la production qui part à la poubelle, et cela revient aussi à gaspiller les ressources utilisées pour sa production : l’eau, le transport, le travail. La FAO propose de congeler ou d’accommoder les restes, vérifier si les dates indiquées sur le paquet sont les dates de péremption ou les dates optimales, et consommer les fruits et légumes même s’ils ne sont pas dans les standards « esthétiques ». Le troisième geste consiste à utiliser moins d’eau : cela concerne les agriculteurs, mais rentre aussi dans la thématique du gaspillage, la FAO pointant qu’une orange nécessite 50 litres d’eau pour être produite. La quatrième action est de garder les sols et les eaux propres, cela passe par jeter les déchets aux endroits appropriés, et aussi par réduire sa consommation de plastique. Enfin, un autre moyen est de soutenir les producteurs locaux, permettant ainsi de réduire les ressources nécessaires au transport.

L’article de la FAO est très positif, en mettant l’accent sur l’individu, pour que chaque personne se sente concernée, et agisse à sa propre échelle : « Nous pouvons être la génération #FaimZéro ».

Sources :